Avertir le modérateur

25/02/2014

Les escroqueries du Forex

scam forexDans son rapport de 2013, le Comité des changes à la Banque des règlements internationaux estime le nombre total de transactions forex à 5000 milliars de dollars. Avec ce type d'argent flottant autour d'un marché au comptant non réglementée qui est négocie de gré à gré, les arnaques forex ne peuvent qu'augmenter avec l'attrait d'un gain d'argent rapide et conséquent. La plupart des anciennes escroqueries aux Etats-Unis ont cessé en raison des mesures coercitives de la Commodity Futures Trading Commission (CFTC) et la formation en 1982 de la National Futures Association. Cependant, de nombreuses arnaques existent encore.

L'escroquerie forex la plus courante est fondée sur une manipulation informatique du spread bid / ask. La différence de prix entre le cours acheteur et vendeur reflète essentiellement la commission des courtiers sur chaque transaction traitée. Ces écarts sont généralement différents entre les paires de devises. L'arnaque se produit parmi les courtiers lorsqu'ils n'offrent pas un spread normal de deux à trois pips. Cette escroquerie n'est plus très courante ces 10 dernières années, mais certain brokers forex qui ne sont pas réglementés par la CFTC, NFA ou dans leur pays d'origine peuvent encore poser problème. Ces tendances existent toujours et il est très facile pour les entreprises de plier bagage et de disparaître avec l'argent lorsqu'elles sont confrontées à des actions en justice. Cependant, les contrevenants ont été historiquement en majorité des sociétés américaines et non des étrangères.

Aux Etats-unis, sur les 193 dépôts de plaintes auprès de la NFA en 2008, 166 ont été réglés dans les neuf mois, mais seulement 23% ont reçu les fonds perdus. Par conséquent, même si les escrocs du forex sont traduits en justice, le remboursement des investisseurs n'est pas garanti.

Signaux de trading

L'escroc des temps modernes est le vendeur de signaux forex. Les vendeurs de signaux vantent leur longue expérience et leurs capacités de trading avec le soutien de personnes qui seront capables de témoigner devant un tribunal sur la façon dont le trader et un grand ami et l'immense richesse que cette personne a gagné pour eux. Un certain nombre de ces personnes vont tout simplement collecter de l'argent et disparaître. Bien que cette nouvelle arnaque est en train de devenir un vaste problème, il existe aussi de nombreux vendeurs de signaux honnêtes qui exercent des fonctions de cambistes comme prévu.

Les robots traders

Une arnaque fréquente présente des systèmes trading forex automatisés qui prétendent gagner beaucoup d'argent sur le marché des changes sans rien faire. Beaucoup de ces robots traders ou Expert Advisor (EA) n'ont pas été testés par une source indépendante. Bien que les systèmes testés existent sur le marché, les traders potentiels doivent étudier le système qu'ils souhaitent mettre en oeuvre dans leur stratégie de négociation. Soyez particulièrement prudent vis-à-vis des vendeurs de systèmes qui offrent des programmes à des prix exorbitants en garantissant des résultats phénoménaux.

Signes avant-coureurs

Les escroqueries et autres signes avant coureurs existent lorsque les courtiers ne permettent pas le retrait des fonds provenant d'un compte, ou lorsque des problèmes existent au sein de la station de trading. Pouvez-vous entrer ou sortir d'un trade au cours d'une annonce économique qui n'est pas en ligne avec les attentes ? Si vous ne pouvez pas retirer de l'argent, c'est un signal d'alarme à prendre en considération. Un facteur important à considérer lors du choix d'un broker forex ou d'un système de trading est de se méfier des promesses ou du matériel promotionnel qui garantit un haut niveau de performance.

14:32 Publié dans Forex | Lien permanent | Tags : arnaque, scam, trading, forex | |  Facebook | Commentaires (0) |

22/12/2013

Différences entre la vente à découvert et les options de vente (PUT)

option put, vente à découvertLa vente à découvert et les options de vente sont essentiellement des stratégies baissières utilisées pour spéculer sur une éventuelle baisse d'un titre ou pour couvrir le risque de baisse d'un portefeuille boursier.

La vente à découvert consiste à vendre un titre qui n'est pas détenu par le vendeur, mais emprunté et vendu sur le marché. Le vendeur dispose donc d'une position courte, si le titre diminue comme prévu, le vendeur à découvert peut clôturer sa position en achetant à un prix inférieur, il empoche ainsi la différence de prix entre l'achat et la vente.

Les options de vente (PUT) offrent une voie alternative pour prendre une position baissière sur un titre, un indice ou une paire de devises. L'achat d'une option de vente confère à l'acheteur le droit de vendre le sous-jacent au prix d'exercice de vente, ou avant l'expiration de l'option. Si le prix du titre descend sous le prix d'exercice de vente, le détenteur de l'option peut exercer son droit et empocher un bénéfice, si le prix reste au-dessus du prix d'exercice, l'option de vente expire sans valeur et l'acheteur de l'option perd la prime versée.

Bien qu'il existe des similitudes, les deux techniques n'ont pas les mêmes caractéristiques de risque-rendement.

Similitudes et différences

  • La vente à découvert est bien plus risquée que l'achat d'une option Put, car le risque est théoriquement illimité. D'autre part, si vous achetez une option de vente, le risque est limité à la prime versée.
  • La vente à découvert est aussi plus cher que l'achat d'une option en raison des exigences de marge. L'acheteur d'une option de vente n'a pas besoin de financer un compte sur marge, ce qui signifie que l'on peut initier une position de vente, même avec un capital limité. Toutefois, étant donné que le temps n'est pas du côté de l'acheteur d'une option de vente, l'investisseur peut perdre la totalité du capital investi dans l'achat d'options si le trade ne fonctionne pas.



Applications - Qui devrait les utiliser et quand ?

  • En raison de ses nombreux risques, la vente à découvert doit être utilisée par des opérateurs avertis qui connaissent bien les risques. L'achat d'options PUT est mieux adapté pour l'investisseur moyen en raison du risque limité.
  • Pour un investisseur ou trader expérimenté, choisir entre une vente à découvert et une option dans le cadre d'une stratégie baissière dépend d'un certain nombre de facteurs - la connaissance de l'investissement, la tolérance au risque, la disponibilité des fonds, la spéculation contre la couverture, etc
  • Malgré les risques, la vente à découvert est une stratégie appropriée pendant les grands mouvements baissiers, car les marchés financiers baissent souvent plus vite qu'ils ne montent.
  • La vente à découvert comporte moins de risques en utilisant les indices ou ETF, car le risque de volatilité est beaucoup plus faible que pour un titre individuel.
  • Les options de ventes sont particulièrement bien adaptées pour la couverture du risque de baisse d'un portefeuille, car le risque se limite à la prime si la baisse anticipée ne s'est pas concrétisée. De plus, la hausse d'un portefeuille peut compenser une partie ou la totalité de la prime de vente payée.
  • La volatilité implicite est un facteur très important lors de l'achat d'options. L'achat d'une option de vente sur des actions extrêmement volatiles peut exiger le paiement de primes exorbitantes, alors assurez-vous que le coût d'achat d'une telle protection est justifiée par le risque pour le portefeuille.

 

20:43 Publié dans Le trading | Lien permanent | Tags : options put, trading, vente à découvert | |  Facebook | Commentaires (0) |

31/05/2013

La FSA Japon publie des lignes directrices pour la surveillance des instruments financiers

JFSA JaponLes régulateurs financiers cherchent à améliorer la sécurité des fonds dans l'industrie du trading. Les règles se durcissent depuis les événements de cette année, comme le plan de sauvetage de Chypre et plus récemment la situation autour de Liberty Reserve. L'agence japonaise des services financiers (JFSA) a publié hier les détails complets sur la surveillance réglementaire des instruments financiers.

Le régulateur a précisé que la réglementation sur le ratio d'adéquation du capital vise à assurer la solidité de chaque produits dérivés de gré à gré et la situation financière des sociétés de courtage pour protéger les investisseurs.

Afin de maintenir un niveau adéquat de ratio d'adéquation du capital, les courtiers doivent identifier et gérer les risques liés à leurs activités d'une manière globale et maintenir les actifs liquides (capital non fixe) en quantité et en qualité suffisantes pour leur permettre de résister à des pertes qui pourraient être causées par la matérialisation de certains risques. La JFSA a établi dans son dossier que le régulateur devra encourager les brokers du secteur à faire des efforts volontaires visant à maintenir la solidité de leur situation financière.

En Australie, l'ASIC a également annoncé son intention de réviser les critères afin que toutes les courtiers qui proposent des produits dérivés OTC s'assurent qu'ils disposent d'immobilisations net corporelles de 500 000 $ ou de 5 % du chiffre d'affaires. En 2014, l'exigence pourrait être portée à 1 million de dollars et 10 % du chiffre d'affaires.

Les régulateurs suivent Bâle 3 en tant que base pour les revenus et le capital en tant que mesure de la stabilité financière de l'entreprise.

En termes de gestion des risques pour le trading pour compte propre, un certain nombre de règles ont été énoncées afin de définir une procédure d'identification et de gestion des risques de marché.

Un instrument financier exploiter par une entreprise doit définir le risque maximum admissible pouvant être attribué au trading avec pour base un objectif de ratio d'adéquation du capital défini qui tient compte de leur propre situation financière et d'autres facteurs.

Les organismes de réglementation à travers le monde se préoccupent de plus en plus de ces questions. L'augmentation des exigences de fonds propres pour les courtiers réglementés par l'ASIC, la CySEC, la FCA, la NFA et maintenant la FSA du Japon engendre un certain nombre de coûts d'exploitation très élevés pour les participants. Ceci, couplé avec l'épée à double tranchant de la réduction des options de paiement et la crise bancaire à Chypre, ces réglementations occasionnent des frais supplémentaire pour les courtiers.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu