Avertir le modérateur

20/01/2014

La Chine s'engage dans des réformes du forex en 2014 à Shanghai

Shanghai, forexLe maire de Shanghai, la capitale économique chinoise, s'est engagé à se concentrer sur l'avancement des réformes du marché des changes (forex) dans la zone de libre-échange nationale lancée récemment.

Shanghai est une zone pilote de libre-échange en Chine qui a été lancée en fin d'année 2013 par le gouvernement chinois. La Chine prévoit de transformer Shanghai en un centre financier mondial et le premier centre d'affaire en Asie.

Le Maire Yang Xiong a annoncé aujourd'hui au congrès municipal de Shanghai que selon les estimations le PIB de la ville a augmenté de 7,7% en 2013, avec un taux de croissance à deux chiffres l'industrie financière est en tête. Pour soutenir la croissance économique à long terme, le maire s'est engagé à faire "des efforts tous azimuts" pour constituer la zone de libre-échange et de chercher "des progrès substantiels dans les réformes pilotes."

Les réformes financières mentionnées dans le discours sont : la convertibilité totale du yuan dans le cadre du compte de capital, le règlement transfrontalier du yuan et la libéralisation des taux d'intérêt. Le Maire Yang a également déclaré que le gouvernement chercherait à lancer un contrat à terme sur le pétrole brut cette année et à réviser en temps opportun la "liste négative" des industries qui sont toujours interdites dans la zone franche.

14:57 Publié dans Actualité des devises, Forex | Lien permanent | Tags : shanghai, chine, forex, yuan, réformes | |  Facebook | Commentaires (0) |

09/09/2013

Singapour devient le troisième plus grand marché du forex au monde


Singapour, forexSingapour est considéré comme une région très stable et sophistiquée pour faire des investissements. Selon un rapport publié jeudi par la Banque des règlements internationaux (BRI), Singapour est maintenant le plus grand centre Forex en Asie. L'enquête triennale de la Banque centrale BIS représente un rapport très complet sur la taille et la structure des marchés des changes mondiaux (FX) et des marchés de dérivés OTC.

Le Singapore Foreign Exchange Market Committee (SFEMC) effectue également une enquête semestrielle FX auprès de 30 banques commerciales à Singapour. Cette enquête est menée sur la base de l'emplacement des bureaux de trading. L'enquête d'avril 2013 sur le forex a enregistré un chiffre d'affaires quotidien moyen d'environ 381 milliards de dollars US, en augmentation de 6 % par rapport à la dernière enquête d'octobre 2012.

Ce chiffre montre que le Japon reste le plus grand marché forex de détail du monde et de loin, tandis que Singapour est le plus grand centre institutionnel FX en Asie et le troisième dans le monde après Londres et New York.

Le volume quotidien du forex à Singapour a progressé de 44 % à 383 milliards de dollars US en avril 2013, comparativement aux 266 milliards $ US en avril 2010. La croissance du chiffre d'affaires mondial de la même période était de 35 %.

Le trading sur les marchés des changes mondiaux a atteint une moyenne 5300 milliards de dollars par jour en avril 2013, contre 4000 milliards en avril 2010 et 3300 milliards en avril 2007. Les swaps de change ont été les instruments les plus activement négociées en avril 2013 avec 2200 milliards de dollars par jour, suivi du trading forex au comptant (2000 milliards).

15:15 Publié dans Forex | Lien permanent | Tags : forex, singapour, marché des changes | |  Facebook | Commentaires (0) |

27/07/2013

Ce qui provoque une crise monétaire ?

crise monétaireDepuis le début des années 1990, il y a eu de nombreux cas de placements en devises qui ont conduit à des fuites de capitaux. Pour quelles raisons les investisseurs en devises et les financiers internationaux réagissent-ils comme ça ? Evaluent-ils une économie ou suivent-ils leur instinct ?

Qu'est-ce qu'une crise monétaire ?

Une crise monétaire est provoquée par une diminution de la valeur d'une monnaie nationale. Cette baisse de valeur affecte négativement l'économie en créant une instabilité du taux de change. Pour simplifier les choses, nous pouvons dire que les crises se développent comme une interaction entre les attentes des investisseurs et ce que ces attentes provoquent.

La politique du gouvernement, les banques centrales et le rôle des investisseurs

Lorsqu'elles sont confrontées à la perspective d'une crise monétaire, les banques centrales peuvent essayer de maintenir le taux change grâce aux réserves de change du pays ou de laisser le taux varier contre les autres monnaies.

Si une augmentation du taux d'intérêt ne peut pas compenser une dévaluation et une pression à la baisse sur la monnaie, la banque centrale doit réduire la masse monétaire pour augmenter le taux afin de relancer la demande pour la monnaie. La banque peut le faire en vendant des réserves de devises étrangères pour créer des sorties de capitaux. Lorsque la banque vend une partie de ses réserves de change, elle reçoit le paiement en monnaie nationale.

Mais cette politique monétaire ne peut pas durer indéfiniment. La dévaluation de la monnaie diminue le prix des biens domestiques par rapport aux produits étrangers, ce qui accroît la demande pour les travailleurs et augmente la production. Mais à court terme, la dévaluation augmente également les taux d'intérêt qui doivent être compensés par la banque centrale à travers une augmentation de la masse monétaire et l'augmentation des réserves de change.

Anatomie d'une crise

Quand les investisseurs n'ont plus confiance dans la stabilité de l'économie, ils essayent de sortir leur argent du pays. C'est ce qu'on appelle une fuite de capitaux. Après avoir vendu leurs placements libellés en monnaie nationale, ils transforment ces investissements en devises étrangères. Cette ruée sur la monnaie peut alors rendre presque impossible pour le pays de financer ses dépenses en immobilisations.

Pour anticiper une crise monétaire dans un pays, il faut analyser un ensemble de variables :

  • Le pays est fortement endetté (déficits des comptes courants)
  • La valeur monétaire augmente rapidement
  • L'incertitude sur les mesures prises par le gouvernement inquiète les investisseurs


Exemple : la crise latino-américaine de l'année 1994

Le 20 décembre 1994, le peso mexicain a été dévalué. Plusieurs facteurs ont contribué à cette crise :

  • Les réformes économiques de la fin des années 1980 conçues pour limiter l'inflation galopante dans la pays ont commencé à affaiblir l'économie.
  • L'assassinat d'un candidat à la présidentielle mexicaine en mars 1994 a suscité les craintes d'une monnaie bradée.
  • La banque centrale était assise sur des réserves de changes estimées à 28 milliards de dollars. En moins d'un an, ces réserves ont disparue.
  • La banque centrale a commencé à convertir la dette à court terme libellée en pesos et en dollars. La conversion a entraîné une diminution des réserves de change et une augmentation de la dette.
  • Une crise auto-réalisatrice s'est produite lorsque les investisseurs ont eu peur d'un défaut de paiement sur la dette du gouvernement.

Lorsque le gouvernement a finalement décidé de dévaluer la monnaie en décembre 1994, il a fait de grosses erreurs. Il n'a pas dévaluer la monnaie en assez grande quantité, montrant ainsi qu'il n'était pas disposé à prendre les mesures douloureuses nécessaires. Par conséquent, les investisseurs étrangers ont poussé le taux de change du peso à la baisse, le gouvernement à donc était obligé d'augmenter le taux d'intérêt intérieur à près de 80 %. Le PIB du pays a chuté fortement. Au final, la crise a été atténuée par un prêt d'urgence des États-Unis.

14:38 Publié dans Forex | Lien permanent | Tags : crise monétaire, devises, banque centrale, monnaie | |  Facebook | Commentaires (0) |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu